« Shady Love » des Scissors Sisters ft. Azealia Banks , ou comment commencer l’année en folie !


Bonne année les ptits loups !

Je sais, je sais, je vous ai manqué, mais pour me faire pardonner je vous poste une petite perle à mi-chemin entre la pop et le hip hop, vous m’en direz des nouvelles ! Ce featuring entre les Scissors Sisters et Azealia Banks risque bien d’envahir les ondes, donc je vous recommande de le déguster pendant qu’il est encore frais !

Je vous laisse je retourne danser dans mon salon pour fêter la nouvelle année !

Un commentaire

Classé dans Musique

Stay hungry. Stay foolish.


Si on m’avait dit que j’aurais un jour les larmes aux yeux et une boule dans la gorge en apprenant le décès d’un homme d’affaire, je ne l’aurais pas cru.

Mais voilà, Steve Jobs est mort et ce n’était pas seulement un homme d’affaire, c’était un génie visionnaire qui a complètement changé nos vies en l’espace de 2 décennies, qui a révolutionné le monde du design, la manière dont on fait du marketing, la manière dont on écoute de la musique, la façon dont on téléphone…
J’ai peur que cela ne sonne faux, car on est des millions ce matin, émus par la mort de ce parfait inconnu, mais ce Monsieur était vraiment une source d’inspiration, une incarnation parfaite du rêve américain et de ce que l’on peut faire quand on décide de croire à ses rêve… et j’espère qu’il continuera à l’être.

Vous pouvez aussi lire l’intégralité du discours ici.

RIP Steve Jobs.

Poster un commentaire

Classé dans Général

Mademoiselle, la case en trop !


Ne vous êtes-vous jamais demandé, Mesdames, pourquoi, dans les formulaires administratifs, on vous demandait systématiquement de choisir entre une case « Mademoiselle » et une case « Madame » ; tandis que nos amis garçons n’avait pour seule option que la case « Monsieur » ? Étonnant, comme si notre statut marital intéressait EDF ou notre banquier ; alors qu’ils appellent par courrier Monsieur un jeune garçon de 5 ans.

C’est cette aberration que dénoncent les associations féministes « Osez le féminisme » et les « Chiennes de Garde » dans une campagne intitulée « Mademoiselle, la case en trop ! ».

Pour les deux associations, et je les rejoins entièrement, cette distinction entre les deux appellations est à la fois inutile et sexiste.

  • Inutile car quand une administration a besoin de connaître le statut marital d’une personne, elle le demande par une question dédiée.
  • Discriminatoire surtout, car le terme mademoiselle réfère étymologiquement à une jeune fille non mariée. Sommes-nous donc encore à l’époque où une femme passait de l’autorité de son père à celle de son mari ? Non, c’est une évidence que de le dire, alors pourquoi diable devoir encore, en 2011, donner cette précision sur son statut marital ? Pourquoi existe-t-il une différence sur cette question entre hommes et femmes, étant entendu que les hommes sont des Monsieur depuis le jour de notre naissance ? Existe-t-il une règle dont je n’ai pas entendu parler qui fasse que je ne me définis clairement en tant que femme que le jour où je me marie ?

Si j’en parle aujourd’hui, c’est pour deux raisons.
La première, c’est que je crois à la pertinence de ce débat.
La seconde, c’est qu’il subit des attaques complètement ridicules, de la part d’hommes peut-être, mais surtout de femmes !

L’argument que j’entends et lis partout depuis ce matin est que ce débat est risible car « elles n’ont pas d’autres sujets plus importants ces connes de féministes ? »…

Déjà, première remarque, je ne vois pas l’intérêt de faire une hiérarchie des débats qui auraient le droit de cité sur le sujet des femmes : sous prétexte qu’il y a des femmes battues, je ne peux pas aborder la question des inégalités de salaires ? comme il persiste des inégalités de salaires, je ne peux pas critiquer le fait que l’on persiste à créer des jouets sexistes (une copine est encore tombée il y a quelques jours dans un supermarché sur une « balayette pour fillette », je vous laisse apprécier) ? Cette hiérarchisation des problèmes est stupide : il faut tous les attaquer et la gravité de l’un ne minimise pas celle de l’autre.

Ensuite, je pense que les mots ont un sens et un impact : il est à mon avis faux de dire « oui mais le terme mademoiselle fait uniquement référence à la jeunesse de celle qui le porte, pas à son statut »… Dans l’usage quotidien, oui, mais dès qu’il s’agit de remplir un formulaire, c’est rigoureusement faux ! Cela induit de manière insidieuse la distinction non mariée/mariée; et l’idée qu’une femme change de statut par le mariage tandis qu’un homme reste égal à lui-même de la naissance à la mort. De la même manière qu’offrir un bouquin « Lola, petite princesse » à une gamine quand on offre à son frère « Théo, petit astronaute » ; c’est envoyer insidieusement à des enfants un message sur leur place dans la société !

Ce qui m’afflige dans ce débat, c’est la stérilité des arguments des personnes opposées à cette campagne. Certains n’en perçoivent pas l’intérêt – j’aimerais bien qu’ils tombent ici et m’expliquent dans les commentaires leur point de vue – d’autres nous assènent qu’elles aiment être appelées Mademoiselle parce que Madame « ça fait daronne, femme soumise à son époux »…(je préfère ne même pas répondre à ça, si on doit juger de l’esthétique d’un mot ou des rapports névrotiques de certaines filles à leurs mères, on est pas sorti de l’auberge).
Espérons juste que cette campagne touche son but, qu’enfin l’Etat oblige les administrations et entreprises à respecter la loi qui depuis 40 ans autorise les femmes à ne pas avoir à se prononcer sur leur statut marital… De mon point de vue, c’est un « combat » qui est capital et qui serait facile à gagner si toutes les femmes en percevaient le sens profond.

Si ça vous intéresse, je vous ajoute quelques liens ci-dessous :

http://www.osezlefeminisme.fr/article/lancement-de-la-campagne-mademoiselle-la-case-en-trop
http://www.madameoumadame.fr/
http://leplus.nouvelobs.com/contribution/197213;mademoiselle-taisez-vous-la-reponse-simpliste-a-la-campagne-d-osez-le-feminisme.html
http://www.madmoizelle.com/madmoizelle-feministe-62320

29 Commentaires

Classé dans Opinion

Un homme est mort ce matin


Ce matin, à 5h08 heure française, la justice américaine a exécuté un homme.

Jusqu’à la dernière minute, il aura clamé son innocence, jusqu’à la dernière minute, des centaines de personnes ont pointé du doigt les nombreuses failles de ce dossier et tenté d’obtenir, pour la 4ème fois, une grâce pour Troy Davis.
Je vais enfoncer des portes ouvertes, mais ça me dépasse. Cela me dépasse déjà que la barbarie de la peine de mort existe encore, mais que l’on puisse assassiner légalement un homme dont de nombreux éléments porte à croire qu’il est innocent me rend dingue. Je me faisais une plus haute idée des Etats-Unis avant ce matin. Je me faisais une plus haute idée de Barack Obama, ce prix Nobel de la Paix en carton.

Voila, pas grand’chose de constructif à écrire sur la question, des dizaines de blogueurs, de journalistes, de chroniqueurs et de juristes ont dit aujourd’hui à peu près tout ce que j’aimerais exprimer… R.I.P Troy Davis.
Tout ce que je souhaite, c’est que ses soutiens n’abandonnent pas la lutte pour la vérité et pour l’abolition de la peine de mort aux Etats-Unis. Pour que ce scandale n’ait plus lieu.

__________________________________________________________________________________________

« Voyez, examinez, réfléchissez. Vous tenez à l’exemple. Pourquoi ? pour ce qu’il enseigne. Que voulez-vous enseigner avec votre exemple ? Qu’il ne faut pas tuer. Et comment enseignez-vous qu’il ne faut pas tuer ? en tuant. »

Discours de Victor Hugo du 15 septembre 1848 à l’Assemblée constituante

Poster un commentaire

Classé dans Opinion