Journée de la Femme


100 ans et 4 jours depuis qu’un groupe de militantes féministes a lancé la Journée Internationale de la Femme.

Je ne sais pas pour vous, mais moi, tous les ans, j’entends le même dialogue.
« – Fille 1 : Moi la Journée de la Femme, je suis COOOOONTRE. Franchement on est plus de la moitié de l’Humanité, pourquoi on aurait besoin de célébrer une Journée de la Femme? Hein? Et puis ça veut dire quoi, que tous les autres jours, c’est la Journée de l’Homme ? Non, et puis en plus, faut arrêter la victimisation en plus, ça va, on a l’égalité maintenant !
– Fille 2 : Certes, Fille 1, mais tu oublies que des millions de femmes n’ont pas encore les droits que ta grand-mère a si chèrement a obtenu. La Journée de la Femme est donc nécessaire pour nous rappeler le chemin à parcourir, pas forcément pour nous mais pour nos millions de soeurs à travers le monde »

Bon, en général, je me garde bien d’intervenir, pour la simple et bonne raison que je n’arrive pas à me faire une opinion sur le sujet.

D’un côté, je trouve que Fille 1 a raison, parler de « Journée de la Femme », c’est singulariser et victimiser les femmes.
Mais en même temps, Fille 2 nous assène, même si c’est désagréable, une vérité tout à fait réelle : nous sommes peut-être 50% de l’Humanité, mais nous restons tout de même les plus discriminées voire les plus maltraitées. Sans aller jusqu’à parler de pays où la place des femmes est réduite à la « simple » procréation et leur pouvoir de décision sur leur vie quasi nul, sans aller jusqu’à des exemples nombreux et très concrets où les femmes sont les premières victimes de conflits (entre hommes) ; eh bien, on doit tout de même rappeler qu’en France, les femmes continuent de gagner 12% de moins que les hommes en équivalent temps plein. (et encore, ce chiffre nuance énormément le problème, puisque le temps partiel n’est que rarement un choix). D’où l’utilité peut-être de le rappeler et de continuer à lutter pour l’égalité des droits entre les hommes et les femmes ET son application concrète.

En fait, la Journée de la Femme n’est pas une appellation tout à fait bien choisie. Journée de la Femme, ça évoque la Fête des Mères, la Journée des Grands-mères et autres occasions que nous avons de passer un coup de fil, et d’offrir un joli bouquet. La Journée de la Femme devrait plutôt s’appeler la Journée des Droits de la Femme, une journée où (et c’est de fait le cas) l’on rappelle le chemin à parcourir, où l’on souligne aussi les progrès et où l’on met en avant celles et ceux qui font avancer le débat.
A ce propos, il faut que je vous reparle rapidement de Brigitte Grésy mais ça serait pour un prochain billet. Et puis aussi de Rashika el Ridi, parce qu’elle le vaut bien.
A très vite pour plein de billets « femme » !

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Opinion

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s