Archives de Catégorie: Opinion

Mademoiselle, la case en trop !


Ne vous êtes-vous jamais demandé, Mesdames, pourquoi, dans les formulaires administratifs, on vous demandait systématiquement de choisir entre une case « Mademoiselle » et une case « Madame » ; tandis que nos amis garçons n’avait pour seule option que la case « Monsieur » ? Étonnant, comme si notre statut marital intéressait EDF ou notre banquier ; alors qu’ils appellent par courrier Monsieur un jeune garçon de 5 ans.

C’est cette aberration que dénoncent les associations féministes « Osez le féminisme » et les « Chiennes de Garde » dans une campagne intitulée « Mademoiselle, la case en trop ! ».

Pour les deux associations, et je les rejoins entièrement, cette distinction entre les deux appellations est à la fois inutile et sexiste.

  • Inutile car quand une administration a besoin de connaître le statut marital d’une personne, elle le demande par une question dédiée.
  • Discriminatoire surtout, car le terme mademoiselle réfère étymologiquement à une jeune fille non mariée. Sommes-nous donc encore à l’époque où une femme passait de l’autorité de son père à celle de son mari ? Non, c’est une évidence que de le dire, alors pourquoi diable devoir encore, en 2011, donner cette précision sur son statut marital ? Pourquoi existe-t-il une différence sur cette question entre hommes et femmes, étant entendu que les hommes sont des Monsieur depuis le jour de notre naissance ? Existe-t-il une règle dont je n’ai pas entendu parler qui fasse que je ne me définis clairement en tant que femme que le jour où je me marie ?

Si j’en parle aujourd’hui, c’est pour deux raisons.
La première, c’est que je crois à la pertinence de ce débat.
La seconde, c’est qu’il subit des attaques complètement ridicules, de la part d’hommes peut-être, mais surtout de femmes !

L’argument que j’entends et lis partout depuis ce matin est que ce débat est risible car « elles n’ont pas d’autres sujets plus importants ces connes de féministes ? »…

Déjà, première remarque, je ne vois pas l’intérêt de faire une hiérarchie des débats qui auraient le droit de cité sur le sujet des femmes : sous prétexte qu’il y a des femmes battues, je ne peux pas aborder la question des inégalités de salaires ? comme il persiste des inégalités de salaires, je ne peux pas critiquer le fait que l’on persiste à créer des jouets sexistes (une copine est encore tombée il y a quelques jours dans un supermarché sur une « balayette pour fillette », je vous laisse apprécier) ? Cette hiérarchisation des problèmes est stupide : il faut tous les attaquer et la gravité de l’un ne minimise pas celle de l’autre.

Ensuite, je pense que les mots ont un sens et un impact : il est à mon avis faux de dire « oui mais le terme mademoiselle fait uniquement référence à la jeunesse de celle qui le porte, pas à son statut »… Dans l’usage quotidien, oui, mais dès qu’il s’agit de remplir un formulaire, c’est rigoureusement faux ! Cela induit de manière insidieuse la distinction non mariée/mariée; et l’idée qu’une femme change de statut par le mariage tandis qu’un homme reste égal à lui-même de la naissance à la mort. De la même manière qu’offrir un bouquin « Lola, petite princesse » à une gamine quand on offre à son frère « Théo, petit astronaute » ; c’est envoyer insidieusement à des enfants un message sur leur place dans la société !

Ce qui m’afflige dans ce débat, c’est la stérilité des arguments des personnes opposées à cette campagne. Certains n’en perçoivent pas l’intérêt – j’aimerais bien qu’ils tombent ici et m’expliquent dans les commentaires leur point de vue – d’autres nous assènent qu’elles aiment être appelées Mademoiselle parce que Madame « ça fait daronne, femme soumise à son époux »…(je préfère ne même pas répondre à ça, si on doit juger de l’esthétique d’un mot ou des rapports névrotiques de certaines filles à leurs mères, on est pas sorti de l’auberge).
Espérons juste que cette campagne touche son but, qu’enfin l’Etat oblige les administrations et entreprises à respecter la loi qui depuis 40 ans autorise les femmes à ne pas avoir à se prononcer sur leur statut marital… De mon point de vue, c’est un « combat » qui est capital et qui serait facile à gagner si toutes les femmes en percevaient le sens profond.

Si ça vous intéresse, je vous ajoute quelques liens ci-dessous :

http://www.osezlefeminisme.fr/article/lancement-de-la-campagne-mademoiselle-la-case-en-trop
http://www.madameoumadame.fr/
http://leplus.nouvelobs.com/contribution/197213;mademoiselle-taisez-vous-la-reponse-simpliste-a-la-campagne-d-osez-le-feminisme.html
http://www.madmoizelle.com/madmoizelle-feministe-62320

Publicités

29 Commentaires

Classé dans Opinion

Un homme est mort ce matin


Ce matin, à 5h08 heure française, la justice américaine a exécuté un homme.

Jusqu’à la dernière minute, il aura clamé son innocence, jusqu’à la dernière minute, des centaines de personnes ont pointé du doigt les nombreuses failles de ce dossier et tenté d’obtenir, pour la 4ème fois, une grâce pour Troy Davis.
Je vais enfoncer des portes ouvertes, mais ça me dépasse. Cela me dépasse déjà que la barbarie de la peine de mort existe encore, mais que l’on puisse assassiner légalement un homme dont de nombreux éléments porte à croire qu’il est innocent me rend dingue. Je me faisais une plus haute idée des Etats-Unis avant ce matin. Je me faisais une plus haute idée de Barack Obama, ce prix Nobel de la Paix en carton.

Voila, pas grand’chose de constructif à écrire sur la question, des dizaines de blogueurs, de journalistes, de chroniqueurs et de juristes ont dit aujourd’hui à peu près tout ce que j’aimerais exprimer… R.I.P Troy Davis.
Tout ce que je souhaite, c’est que ses soutiens n’abandonnent pas la lutte pour la vérité et pour l’abolition de la peine de mort aux Etats-Unis. Pour que ce scandale n’ait plus lieu.

__________________________________________________________________________________________

« Voyez, examinez, réfléchissez. Vous tenez à l’exemple. Pourquoi ? pour ce qu’il enseigne. Que voulez-vous enseigner avec votre exemple ? Qu’il ne faut pas tuer. Et comment enseignez-vous qu’il ne faut pas tuer ? en tuant. »

Discours de Victor Hugo du 15 septembre 1848 à l’Assemblée constituante

Poster un commentaire

Classé dans Opinion

Binationalité : le débat de trop


Certains d’entre vous me lisent depuis un petit bout de temps maintenant et se sont peut-être étonnés de voir que je réagis si peu à certains thèmes qui m’auraient fait bondir il y a un an et demi / deux ans… Le fait est que, depuis le trop fameux discours de Grenoble et ses propositions outrancières, j’ai été tellement sonnée par certaines des propositions du gouvernement et de ses alliés, en matière d’immigration ou en matière sociale, que les mots me manquaient littéralement. A un moment, cela devient insupportable, on ne se reconnaît tellement plus dans ce qui est proposé par son gouvernement, par ses députés, qu’il vaut peut-être mieux éviter d’en parler encore et encore, histoire d’arrêter de se faire mal.
Ainsi, j’ai préféré ne même pas évoqué ici le « cancer de la société » qu’est l’assistanat selon Laurent Wauquiez, et la légitimation par une bonne partie de nos politiques du FN comme parti « traditionnel », parce que tout simplement, je commençais à en avoir assez.
Mais là, peut-être bien parce que je suis concernée et qu’égoïstement, je sens le danger de plus en plus proche, je suis obligée de réagir car la dernière lubie à l’extrême droite (j’inclus dans l’extrême droite le collectif « Droite populaire » et je mets au défi ses supporters de me montrer la différence) est de supprimer la binationalité.

Eh oui, pour ceux d’entre vous qui auraient laissé tomber les affligeantes news pendant quelques jours, sachez que c’est le dernier sujet chaud du moment !
Chômage ? Pas grave ! Suppression de postes dans les hôpitaux ? Anodin ! Baisse radicale du nombre de profs ? Insignifiant ! Stagiaires payés 417€ par mois pour 50h hebdomadaires ? Et alors ? Syriens et yéménites assassinés par leurs gouvernants ? Rien à foutre !
Non, non, ce qui est grave, c’est que certains français sont aussi algériens, chinois, américains, chiliens ou sénégalais ! Ca, c’est l’urgence du moment !

Alors voila, peut-être que ma réaction est purement défensive parce que je suis aussi une « binationale », mais je suis écoeurée de ce que je lis : les binationaux seraient des « français de papier », les binationaux ne le seraient que pour cumuler des avantages fiscaux, les binationaux risquent à tout instant de trahir la France pour leur « autre » pays…
Ces idées me dégoutent. Qu’elles soient l’apanage d’un groupe de poivrots au comptoir du PMU de Trifouilly-les-Oies, je m’en fous royalement, mais d’entendre cela au plus haut niveau de l’Etat commence à me faire très peur.
Déjà, le mot « binational » ne m’avait jamais effleuré l’esprit quand je pensais à ma situation, et à celles de nombreux de mes compatriotes… Je me vois comme le fruit du mariage de deux personnes qui ne sont pas nées dans le même pays, je me vois comme un métissage (d’où le nom de ce blog, qui signifie métissage en espagnol et que je trouve un de plus beau concept qui soit), le croisement de deux cultures, le fait de faire un pont entre deux pays, d’apporter à chacun le meilleur de l’autre.
Il n’y a pas d’angélisme là-dedans, il y a très certainement des cons qui fraudent le fisc, mais il y a aussi 190 foyers français qui totalisent 165 millions d’euros de patrimoine et bénéficient du bouclier fiscal : pas besoin d’être binational pour frauder le fisc, croyez-moi.
Je lis sur Internet que la binationalité est un avantage honteux octroyé à certains, une injustice, voire un manquement à la Déclaration des Droits de l’Homme (non, je ne linkerai pas ce papier écrit avec les pieds mais vous le trouverez sur le Post.fr)… Ca me fait doucement rigoler de lire ça, tout comme quand j’apprends que la moitié des plaintes à la Halde pour discrimination liée au sexe le sont par des hommes qui s’estiment lésés dans le calcul de leur retraite : un avantage peut-être, mais qui contrebalance une situation loin d’être si facile à vivre !
Alors juste un mot à ceux de mes compatriotes qui vivent comme une injustice le fait que certains de leurs voisins aient deux passeports : essayez de vous construire une identité sur des bases incertaines, vivez au quotidien le fait d’être Français pour les « étrangers » de votre autre culture, « étranger » pour les Français, réussissez à faire cette synthèse que de nombreux gamins et adultes atteignent au prix de nombreux efforts, et ensuite vous aurez le droit de nous parler d’injustice.
Qui plus est, chers compatriotes (ahah ça doit tellement vous faire bondir que je vous appelle comme cela), regardez autour de vous : le métissage devient monnaie courante, les mariages mixtes représentent quelque chose comme 20% des mariages… Allez dans le sens de l’Histoire pour une fois, cette résistance à l’évolution d’un Monde où les frontières sont perméables et fluctuantes ne vous fera que perdre du temps. Ca me semble ridicule de devoir vous le rappeler mais à la base on vient tous d’Afrique, certains bretons ont les yeux bridés à cause de l’invasion des Huns en Europe, les Normands sont blondinets à cause des vikings et les Sudistes plus bruns à cause des Sarrasins qui sont montés jusqu’à Poitiers… Quel sens ça a, de s’arcbouter sur des frontières qui ont évolué et évolueront encore ? Pourquoi refuser à ce point de s’enrichir de la différence d’autrui ?

Au final, je crois que je suis juste désemparée. Désemparée de voir l’obscurantisme et la xénophobie remués périodiquement à des fins purement électoralistes. Déçue de voir que mon pays ne prend pas le tournant du nouveau millénaire et signe de lui-même son déclin face à des pays qui émergent et n’ont pas peur de tout. Triste de découvrir que certains français le sont à l’évidence moins que d’autres pour une frange non négligeable de nos « élites ».
Pitié, gauche, centre, communistes, hippies, extra-terrestres, Obama, faites quelque chose car l’atmophère devient irrespirable dans notre douce France.

5 Commentaires

Classé dans Général, Opinion

Si j’étais de droite…


Mon dernier billet politique avant un bon bout de temps.
Les news du weekend, qu’elles soient avérées ou non, m’ont fait l’effet d’un coup de massue. Autant en 2007 je ne croyais en personne (mon indépendance d’esprit fait tout mon charme), autant là je croyais dur comme fer en DSK.
Enfin bon, si c’est vrai, c’est gravissime et je ne soutiendrai pas une seule seconde le bonhomme.
Et si c’est un coup-monté, ce que j’ai furieusement envie de croire, cela veut dire qu’il y a des politiques en France qui ne reculent devant rien, et le fait qu’ils puissent nous gouverner (qui qu’ils soient) me glace…
Bref, je voudrais juste dire que j’en ai marre, que l’alternance c’est chouette en démocratie et que ça me plairait bien de voir mon camp gagner une présidentielle. Et maintenant, ce joli rêve s’éloigne doucement. Y’a des jours comme ça où j’aimerais être de droite : ils ont beau être sans scrupules et instrumentaliser les peurs et rancoeurs d’autrui (spéciale dédicace, Wauquiez), ils gagnent, eux.
C’est d’ailleurs pour cela que j’adresse un message aux supporters Lensois : la victoire, ça a l’air cool, arrêtez avec votre RChéLench et soutenez le LOSC. (Cette apparté WTF ne s’adresse qu’à un seul de mes lecteurs, se reconnaitra-t-il?)

Bon, comme je le disais, la politique et moi, c’est fini (ahah, alors que ça n’avait toujours pas commencé !), donc désormais je vais vous parler de trucs cool sur mon blog, genre de Pinterest et de danse classique et d’endroits où on mange bien. Vous pouvez remercier DSK.

Bisou.

Poster un commentaire

Classé dans Opinion